La révolution psychédélique moderne française 1ère partie

J'étais dans un délire totalement funeste. Tellement funeste que les questions n'avaient de cesse de se répéter dans ma caboche. J'avais pas utilisé la dernière drogue en vogue, j'avais pas rangé ma maison, j'avais pas utilisé le dernier rasoir multi-lames à la mode. J'avais pas bouffé de la culture bas-de-gamme. Je me trouvais dans la déperdition la plus totale. Le truc qui te fait passer un chihuahua pour un super-guerrier. Un bad trip naturel d'homme angoissé car détenu par un Russe dénommé Vladimir Flitkov, qui, non seulement avait eu la bonne idée de me séquestrer pour écrire un bouquin, mais aussi d'engager Zakmir Pusinsko pour mener les enquêtes les plus dantesques.

Dans ce cas-ci, nous formions un trio de choc. La Russie et ma visite en asile psychiatrique m'avait assez bien embêté, j'ai alors pris la décision de laisser les écureuils de côté, et d'aller faire une excursion dans un pays de dégénérés (comme tous tu me diras) dénommé la France.

Allongé par terre à compter le nombre de pédophiles que nous avions en Belgique, j'étais bien conscient qu'il y avait toujours pire que soi, je comptais bien m'en assurer grâce à cette visite. Ce but grandiose m'avait foutu une sacrée pèche.

Dans un élan aussi brusque que soudain, je criais :  Les gars, on prend rien et on file en France tout de suite !

Un rire lointain retentit, c'était Flitkov : Monti, nous être en France. Femen entrain de toucher tes valseuses.

A cet instant, je savais pas vraiment si notre enquête avait bien démarré. Il me fallait un verre de vodka, tout de suite et une putain de baguette bien fraîche.


Le glas de la révolution s'élevait dans le ciel. Le trio de choc était prêt ! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Attention à toi, les écureuils qui disent des conneries. Je les bouffe comme des chips bien croquants !