La WWF attaque le Montishow pour mauvais traitement sur écureuils

Petit, petit, petit....allez...allez....viens ici....Ça y est, j'y suis presque, je vais arriver à le choper...reste là....ne bouge pas....calme...calme...Je bondis dessus tel un léopard atteint d'arthrose aiguë et merde ! Il s'est barré ! Saloperie d'écureuil à la noix ! Mmmhh un écureuil à la noix, ça doit-être délicieux.

Fais chier, encore un qui s'est fait la malle. J'en ai marre des parvenus d'écureuils qui ne se laissent pas attraper. Marre ! Il ne m'en reste plus que deux en stock là. Quoi cher lecteur ? Oui, je bouffe des écureuils ! Ouais j'en suis réduit à ça. D'ailleurs, si ça t'emmerde (oui, toi devant ton PC) appelle WWF.

Que veux-tu que je te dise ? Tu veux que je reste là à crever de faim ? Flitkov s'est barré depuis 6 jours et il n'a pas eu la présence d'esprit de me laisser quelque chose à manger, bien sûr que non ! C'est trop pour Môssieur. Môssieur à d'autres pigeons à fouetter ! Ce taré est de plus en plus grave, il travaille sur un nouveau concept de chiens colorés, un vrai malade, je vous dis !


Où en étais-je ? Ah oui, les écureuils. Comment ai-je démarré la cuisine d'écureuils ? En fait, tout a commencé, un jour dont je ne me souviens plus la date (vivant reclus, je n'ai plus la notion de temps). J'écrivais tranquillement un de mes prochains chef d'œuvres et j'entendis gratter. Gratt, gratt, gnikk, gnikk que ça faisait. J'ai stressé, j'ai réellement stressé. Je voyais déjà le gros rat avec ses longues dents me sauter au visage et me défigurant tel un léopard atteint de...ah...non...je l'ai déjà dit....Bref, je stressais. Les "gnikk, gnikks" devenaient de plus en plus forts. Il fallait que je prenne une décision. Soit je me sauve de ma cabane, soit, j'affronte la bête. Le première alternative n'était pas pas possible vu que je suis attaché. Je me devais donc d'affronter ZE BEAST.

L'effrayante bête dont le seul but existentiel était de me TUER. La bête sans nom, l'horrible bête aux infâmes "gnikk gnikk" de terreur. Ces ignobles "gnikk gnikk" qui résonnent dans ma tête. Ces "gnikk gnikk" qui annonçait un combat légendaire entre "Ze Beast and Ze Montishow".

Dans mon imaginaire, elle ressemblait à ça :



Ou pire, à ça ! :



Vous vous imaginez bien que je n'avais pas vraiment envie d'y aller. Cependant, comme je suis un vrai guerrier, un vrai homme comme on n'en fait plus. J'ai donc sauté le pas, oui ! Je me dirigeais empli de force et de courage vers la source des cris. Je m'approchais très lentement. Et je percevais les rugissements de plus en plus précisément. Tout à coup, les cris avaient cesser. Je devais me trouver juste devant la planque de cette machine à tuer.

Ouf, on ne panique pas. Elle se cache juste en dessous de ce vieux fauteuil. Il suffit juste de l'enlever, juste de l'enlever et tu pourras en finir avec cet immonde chose. Ouais, juste !

Bon...j'y vais... Je pousse le fauteuil, mon cœur bat à tam-tam battant. Le fauteuil  est sur le côté et je n'aperçois pas l'ombre d'un seul monstre digne de ce nom, rien ! Ha si, il y a quelque chose, un petit trou dans le mur. Je tape contre le mur. Je sursaute ! Incroyable, le monstre sort de sa tanière. Il court partout comme un cinglé, il saute, il "gnikk, gnikk" à tout va. Moi aussi, je cours en criant hiiiiiiiiiii telle une pucelle effarouchée. Hiiiiiiiii "Elle va me bouffer, elle va faire pendre mon œil droite ou le gauche, voir les 2 hiiiiiiiiiiiiii". Un ouragan s'était abattu dans mon clapier. Dans un moment de brave, je m'arrêta de crier et dit "Je dois l'attraper, c'est une question de survie. C'est lui ou moi ! Sois brave ! Sois fort !".

Ze Beast s'apprêtait à me sauter au visage mais j'eus un réflexe digne des meilleurs cowboys. Oui, il commençait à bondir et je shootais dedans avec vigueur. La bête rugissante se trouvait écrasée comme une crêpe contre le mur. Assommée, je pu enfin me repaitre. Il était bien saignant, c'était même un peu dégueulasse, il était encore vivant mais j'avais trop faim. Au final, c'était pas trop difficile de faire face à ce monstre. Franchement, il n'y a pas meilleur combattant que moi, Van Damme peut aller tourner des pubs pour Dash, c'est tout ce qu'il saurait faire contre moi !





Tout a démarré comme ça, maintenant j'ai un élevage d'écureuils mais ça, je vous l'expliquerai plus tard...

(Illustration de G.Dupont, futur grand dessinateur,  bientôt son premier album BD, son blog)


En invité d'honneur : Jean-Claude Van Damme (la couleur rose est un pur hasard)


4 commentaires:

  1. Caser écureuils tueurs, ainsi que Jean-Claude et Dash dans le même texte, je suis admirative!

    RépondreSupprimer
  2. Ouais, même que j'avais pas pris de drogue !

    RépondreSupprimer
  3. Y en a que pour les animaux, bordel !

    RépondreSupprimer

Attention à toi, les écureuils qui disent des conneries. Je les bouffe comme des chips bien croquants !